Les bases : Riz pilaf

LES BASES : RIZ PILAF

La cuisson du riz façon pilaf est de loin ma préférée pour accompagner des plats exotiques du Moyen-Orient et de l’Asie Centrale. Nous le faisons régulièrement. Il méritait donc sa publication propre.

Le terme « pilaf » vient du turc  pilav, venant lui-même du persan  polow (پلو) et, plus loin encore, du sanskrit  pulāka (पुलाक), littéralement « morceau de riz bouilli ». Le terme actuel a été influencé par le grec  pilafi. En raison de la diffusion mondiale du plat, le terme a dérivé en plov, polou, palov, pilau, pilawetc.

INGREDIENTS

  • 250 G RIZ BASMATI
  • 520 ML BOUILLON DE VOLAILLE
  • SEL, POIVRE
  • 1 OIGNON MOYEN
  • 1 ECHALOTE
  • 2 GOUSSES D’AIL
  • 1 CLOU DE GIROFLE
  • 1 FEUILLE DE LAURIER
  • LES GRAINS DE 6 CARDAMOMES VERTES
  • 2 C.A.C. 5 EPICES
  • 1/2 C.A.C.CORIANDRE EN POUDRE
  • 40 G BEURRE
  • 2 C.A.S. D’HUILE D’OLIVE
  • 60 G AMANDES EFFILEES
  • 2 JEUNES OIGNONS
  • 3 C.A.S. BASILIC (DE PREFERENCE THAI)
  • 2 C.A.S. FEUILES DE CORIANDRE
  • 2 C.A.S. MENTHE

PREPARATION

Griller les amandes effilées à sec sans les bruler et les réserver.

Laver le riz à grande eau et l’éponger.

Emincer finement l’oignon et l’échalote.

Préchauffer le four à 200°C.

Dans une casserole pouvant aller au four, faire revenir à l’huile bien chaude, l’oignon émincé, l’échalote, le clou de girofle, les grains de cardamome écrasées et la 1/2 des 5 épices. Faire dorer pendant 10 à 15 minutes afin de caraméliser (pas bruler) les oignons. Ajouter l’ail râpé à 5 minutes de la fin de la cuisson.

Ajouter le riz basmati. Quand le riz devient nacré, ajouter le bouillon de volaille. Ajouter le laurier et la deuxième moitié des 5 épices. Saler légèrement et poivrer.

Amener à ébullition, bien mélanger, puis réduire le feu.

Couvrir de papier sulfurisé, dans lequel vous aurez formé une petite cheminée.

Couvrir la casserole et faire cuire pendant 20 minutes au four. Le riz est cuit quand tout le liquide s’est évaporé ou à été absorbé par le riz, qui s’est presque gonflé au passage.

Laisser reposer quelques instants.

Oter le papier de cuisson et égrainer le riz à la fourchette en ajoutant le beurre.

Y mélanger les jeunes oignons coupés en rondelles et les herbes ciselées grossièrement.

Parsemer d’amandes effilées grillées.

 

Bon Appétit!

Les bases : beurre clarifié et ghee

LES BASES : BEURRE CLARIFIE ET GHEE

Certaines sauces, comme la hollandaise ou la béarnaise, sont liées au beurre clarifié. L’avantage du beurre clarifié est qu’il ne noircit pas à la cuisson, même à des très hautes températures. Il est idéal pour une pré-cuisson de p.e. d’une sole meunière ou d’une pièce de viande qu’on nourrira ensuite de bon beurre frais non-clarifié. Il délivrera en outre un léger goût de noisette. Il convient donc également très bien à la cuisson des coquilles Saint-Jacques et du homard.

Dans la cuisine indienne, le beurre clarifié joue également un rôle très prépondérant. Il s’appelle alors Ghee. Sa préparation est similaire que celle du beurre clarifié occidental, sauf qu’on ajoute une feuille de laurier pendant la cuisson, que la préparation se fait dans un wok (il faut éviter les casseroles à revêtement antiadhésif) et qu’il convient de laisser la cuisson se poursuivre pendant 30 minutes. Cela donne un beurre clarifié plus foncé et une évaporation plus importante de l’eau que contient le beurre. Le ghee est réussi lorsqu’il a une texture granuleuse.

PREPARATION (voir ci-dessus pour la variante Ghee)

Couper 500 g de beurre fermier en petits morceaux et le faire fondre au bain-marie, sans remuer.

A l’aide d’une petite louche, enlever l’écume blanche qui se forme à la surface, sans toucher à la partie blanche qui se dépose au fond.

Laisser reposer le beurre chauffé pendant 5 minutes hors du feu afin de bien laisser se déposer les particules dans le fond.

Verser ensuite la partie claire et dorée du beurre dans un autre récipient, en passant à  travers une mousseline, sans ajouter le petit-lait resté au fond de la casserole.

Transférer, encore chaud, dans un bocal hermétique, laisser tiédir, puis garder au frigo.

 

Bonne Journée,

 

 

Les bases : Guacamole

GUACAMOLE

Cette préparation à base d’avocat peut se déguster tout simplement avec des petits toasts, des tacos ou des grisini, mais elle peut aussi se retrouver comme élément de nombreux plats. L’avocat n’a pas un goût fort prononcé est il est donc facile à associer avec beaucoup d’autres ingrédients. On peut également en adapter la version ci-dessous, en jouant sur le pimenté, le citronné ou la coriandre, en dosant plus ou moins un des éléments. Si vous avez envie de quelque chose de plus typé, ou en fonction de l’accord avec d’autres préparations dans le cas ou le guacamole est un des éléments d’un plat, on peut y ajouter, selon les cas, quelques gouttes de Tabasco ou un peu de cumin en poudre. Dans certaines recettes on retrouve de l’ail, beaucoup d’ail même parfois. Je ne suis pas fan du tout d’ail cru dans un guacamole. Selon mi cela dénature le goût de l’avocat. Tout cela n’est qu’une question de goût, mais il faut en respecter la base. Traditionnellement, si le guacamole est servi comme élément d’un apéro, on la sert avec des tortilla chips à base de maïs.

Certains préfèrent la version dans laquelle on retrouve encore des morceaux d’avocat dans le guacamole. Il convient alors de mixer tous les ingrédients, sauf le guacamole, qu’on incorporera ensuite en l’écrasant avec une fourchette.

INGREDIENTS

  • 2 PETITES TOMATES VERTES GREEN ZEBRA OU A DEFAUT, UNE TOMATE ROUGE MOYENNE
  • 2 AVOCATS HASS MURS
  • 1/4 D’OIGNON EMINCE
  • 1/4 DE PIMENT ROUGE
  • LE JUS D’UN 1/2 CITRON OU DE TROIS CITRON VERT (LIME)
  • POIVRE NOIR
  • SEL MARIN
  • 1 C.A.S. DE CORIANDRE (DIZ A QUAINZE FEUILLES)
  • 1 C.A.S. CREME EPAISSE

PREPARATION

Monder les tomates. Couper la chair en morceaux.

Mixer tous les ingrédients dans un petit blender.

Passer éventuellement la préparation à travers un tamis afin d’obtenir une préparation bien lisse.

 

Bon Appétit!

 

Les bases : Coings confits

LES BASES : COINGS CONFITS

Coings, Sucre, Safran, Clous de Girofle, Citrons, Gingembre, 4 épices, Beurre

C’est la saison des coings. En dehors de la confiture, la gelée et les pâtes de coings, une autre façon de les conserver afin d’en profiter toute l’année et de réaliser des coings confits.

Voici une recette qui combine plusieures idées trouvées sur le net.

Ma première utilisation sera en fin d’année, en accompagnement d’un bon foie gras maison.

Après on peut les utiliser aussi bien dans des plats salés en aigre-doux, qu’en dessert.

Coings, Sucre, Safran, Clous de Girofle, Citrons, Gingembre, 4 épices, Beurre

INGREDIENTS

  • 6 COINGS (environ 3 kg)
  • 1,5 L D’EAU + EAU CITRONEE POUR LES TRANCHES (ICI 2 CITRONS JAUNES)
  • 1,700 KG SUCRE SEMOULE FIN (J’AVAIS ENVIRON 1,7 KG DE COINGS POIDS NET)
  • JUS DE 4 CITRONS JAUNES + 2 CITRONS JAUNES
  • 5 CM GINGEMBRE RAPE
  • 1 C.A.C. 4 EPICES
  • 3 CLOUS DE GIROFLE
  • 1,5 G DE PISTILS DE SAFRAN
  • 100 G BEURRE NON-SALE

Coings, Sucre, Safran, Clous de Girofle, Citrons, Gingembre, 4 épices, Beurre

PREPARATION

Bien laver et frotter les coings sous l’eau froide afin d’ôter le duvet qui recouvre les coings.

Couper les coings en quatre, ôter les trognons et peler les coings. Couper également le dessus et le dessous des morceaux.

Réserver les morceaux de coings dans un saladier d’eau citronée (2 citrons).

Couper les trognons en deux ou en quatre.

Dans une casserole, mettre les trognons, les pelures et les chuttes, puis couvrir d’eau et laisser en petit bouillon pendant 30 minutes.

Passer cette eau à travers un tamis et jetter les trognons.

Peser les morceaux de coings.

Pour chaque kg de coings, compter 40 cl d’eau de cuisson des trognons et 1 kg de sucre semoule fin.

Mélanger l’eau de cuisson et le jus de 4 citrons avec le sucre.

Ajouter les pistils de safran, les clous de girofle, le gingembre et les 4 épices.

Porter à ébullition, poursuivre à petit bouillon jusqu’à ce que le sucre soit bien dissout.

Couper les morceaux de coings en morceaux plus petits.

Placer les morceaux de coings et laisser cuire à petit bouillon pendant une vingtaine de minutes.

Ôter du feu et laisser refroidir pendant 24 heures au frigo.

Coings, Sucre, Safran, Clous de Girofle, Citrons, Gingembre, 4 épices, Beurre

Le lendemain, reprendre la cuisson : porter à ébullition et poursuivre à feu doux pendant 30 minutes.

Les coings et le jus de cuisson auront une teinte rouge.

Sortir les coings et les placer dans un bocal stérilisé.

Verser dessus le jus de cuisson, fermer hermétiquement et réserver au frais (frigo, cave froide).

 

On peut les utiliser pour différentes recettes. C’est top avec du foie gras. On peut alors tasser quelques morceaux de coings dans un cercle en inox et faire rôtir sur les deux faces dans du bon beurre, laisser tiédir et servir avec la terrine de foie gras ou chaud avec un foie gras poêlé.

Coings, Sucre, Safran, Clous de Girofle, Citrons, Gingembre, 4 épices, Beurre

 

Bon Appétit!

 

 

Chutney de Figues fraîches

CHUTNEY DE FIGUES FRAICHES

 

P1090837.JPG

 

Un accompagnement pour votre foie gras de reveillon ou pour accompagner un bon morceau de volaille et donner du peps à l’assiette, voir pour accompagner un bon pâte de lièvre ou de lapin.

On peut aussi y ajouter 150 g de figues sèchées, préalablement trempées avec les raisins dans le Pineau.

Ceci n’est qu’une des multiples version de chutney de figues possibles.

INGREDIENTS

  • 650 G FIGUES FRAICHES PAS TROP MURES (environ 16 petites)
  • 100 G D’OIGNON ROUGE
  • 1 POMME BOSCOOP
  • 125 G RAISINS SECS (SMYRNE, CORINTHE….)
  • 1/2 VERRE PINEAU DES CHARENTES/SAUTERNES
  • 1 C.A.S. GINGEMBRE RAPE
  • 1/2 C.A.C. QUATRES EPICES (MUSCADE-CANNELLE-GIROFLE-POIVRE)
  • 1 C.A.C. D’ALMA MATER (optionnel)
  • 1/2 C.A.C. SEL DE MER
  • 1/4 C.A.C DE PIMENT D’ESPELETTE
  • 5 CL D’HUILE D’OLIVE
  • 1 C.A.S. MIEL
  • 20 CL VINAIGRE BLANC
  • 10 CL VINAIGRE AU MIEL
  • 5 CL VINAIGRE DE XERES
  • 1 BRANCHE DE THYM
  • 1 FEUILLE DE LAURIER
  • 180 G CASSONADE BRUNE

 

P1090831.JPG

 

PREPARATION

Faire tremper les raisins dans le Pineau pendant environ 10 minutes.

Emincer l’oignon.

Couper la pomme en petits dés.

Bien laver les figues mais avec douceur.

Couper les figues en quatre et ôter le pédoncule.

Dans une cocotte à fond épais, faire blondir l’oignon dans l’huile d’olive pendant environ 5 minutes, sans le brûler.

Ajouter les figues, les dés de pomme et les raisins égouttés.

Ajouter le sucre, le gingember, le laurier, le thym, les épices, le sel, le piment, puis laisser cuire pendant 10 minutes à petit feu, en remuant constamment.

Ajouter le miel et les vinaigres, puis porter à ébullition.

Diminuer le feu et laisser mijoter à feu doux jusqu’à la consistance souhaitée. Il faudra compter  60 minutes environ.

Placer directement en pots wek préalablement stérilisés, fermer et réserver.

 

P1090838.JPG

 

 

Bon Appétit!

Houmous et câpres-cornichons

HOUMOUS ET CAPRES-CORNICHONS

poischiches,tahine,ail,citron,cumin,paprika,piment,câpres,cornichons,coriandre,persil,huile d'olive

 

Ce dimanche, journée très ensoleilée et envie de cuisine légère, mais envie de beaucoup de choses. J’avais en fait envie de composer moi-même mon propre mezze ou antipasti selon mes envies du moment.

Mon premier choix s’est porté sur le houmous libanais classique, avec une pointe d’originalité d’y ajouter des câpres et des cornichons en fin de dressage. L’idée des câpres et des cornichons vient du magazine ‘Elle à table’ de juillet-aout 2015.

Au niveau assaisonnement, il faut vraiment goûter et y aller selon son envie, un peu plus de paprika, un peu plus de citron, plus ou moins de sel….

Ce plat a fait parti de mon mezze, comportant aussi de la feta marinée, une préparation à base de poivrons rouges grillés, d’olives kalamata, de croûtons et d’anchois et finalement de filets de sardine à la dukah.

Pas mal de préparations peuvent se faire à l’avance, la mise en place ce dimanche fût donc assez rapide.

Mon houmous était un rien trop ferme, j’aurais du mettre un peu plus d’eau de cuisson, je l’ai rectifié après la prise de la photo pour le lendemain.

 

poischiches,tahine,ail,citron,cumin,paprika,piment,câpres,cornichons,coriandre,persil,huile d'olive

 

INGREDIENTS

  • 500 G DE POISCHICHES SECS
  • 2 1/2 CITRONS
  • 4 1/2 C.A.S. TAHINE (CREME DE SESAME)
  • 2 GOUSSES D’AIL
  • 1 C.A.C. CUMIN
  • 1 C.A.C. PAPRIKA
  • 1/2 C.A.C. PIMENT D’ESPELETTE
  • 1 C.A.C. SEL
  • POIVRE BLANC DU MOULIN
  • 5 C.A.S. HUILE D’OLIVE

Finition

  • HUILE D’OLIVE
  • PAPRIKA
  • CORIANDRE FRAIS
  • POISCHICHES ENTIERS
  • 2 C.A.S. CAPRES
  • 6 CORNICHONS

 

poischiches,tahine,ail,citron,cumin,paprika,piment,câpres,cornichons,coriandre,persil,huile d'olive

 

PREPARATION

La veille, placer les poischiches dans un grand bol d’eau froide et les laisser ainsi gonfler pendant minimum 24 heures.

Les égoutter et les faire cuire pendant 2 heures dans 5x leur volume en eau légèrement salée.

Les égoutter à nouveau mais en gardant l’eau de cuisson.

Garder une partie des pois chiches pour la finition du plat.

Peler l’ail, le dégermer et le râper.

Mixer tous les ingrédients par petites impulsions: les pois chiches égouttés, la tahiné (attention bien agiter le bocal avant de l’utiliser), le cumin, l’ail, le jus de citron, le paprika, le piment, l’huile et le sel.

Entre les impulsions, le mixeur arrêté, mélanger en détachant certains ingrédients qui se collent aux parois du bol, ajouter un peu d’huile ou d’eau de cuisson si nécessaire.

 

Il faut avoir une sauce assez épaisse et lisse, de la consistance d’une mayonnaise.


Goûter et rectifier l’assaisonnement si nécessaire (jus de citron, piment ou sel).

 

Dresser le houmous dans un beau bol.

 

Dessus, dresser les poischiches entiers, un bon filet d’huile d’olive, un peu de paprika, du coriandre haché finement, les câpres et les cornichons émincés.

 

poischiches,tahine,ail,citron,cumin,paprika,piment,câpres,cornichons,coriandre,persil,huile d'olive

 

 

Bon Appétit!

 

Les bases : Bouillon et fond blanc de volaille à l’oignon brûlé

LES BASES : BOUILLON ET FOND BLANC DE VOLAILLE A L’OIGNON BRULE

 

P1080604.JPG

 

Voici une recette de base qu’il faut maitriser mais pour laquelle il faut prendre son temps, vous en aurez du plaisir gustatif après. C’est vrai, ça prend du temps et ce temps on ne l’a pas toujours. Mais parfois ce temps on la. Il faut juste que vous soyez à la maison pendant environ 12 heures pour pousser le bouillon de volaille jusqu’au fond de volaille.

J’avais l’habitude d’en réaliser souvent, mais cette fois, j’ai repris le truc de l’oignon brûlé et de la cuisson à 90°C d’Alain Ducasse et le résultat était magnifique, celà donne plus de profondeur au niveau gustatif à ce bouillon.

Par contre, il ne faudra jamais saler ce bouillon dès le départ de la réduction, car le sel va rester, que ce soit dans 8L de liquide ou dans 2L de liquide et le taux de sel va donc augmenter en fonction de la réduction. Mieux vaut donc saler tout à la fin, ou lors de l’utilisation finale.

Dans cette version, je n’utilise ni vin blanc, ni bouquet garni, ni épices exotiques, afin d’avoir le bouillon ou le fond le plus basique possible, surtout si après je veux l’utiliser dans un plat avec beaucoup d’herbes, épices ou condiments.

INGREDIENTS (2L de Fond, 4L de Bouillon)

  • UN POULET FERMIER
  • 2 GROSSES CAROTTES
  • 2 POIREAUX
  • 2 TIGES DE CELERI
  • 2 GROS OIGNONS OU 4 MOYENS
  • 10 GRAINS DE POIVRE BLANC
  • 8 L D’EAU

 

P1080596.JPG

P1080597.JPG

P1080598.JPG

P1080599.JPG

P1080603.JPG

PREPARATION

Couper le bout des pattes et des ailes du poulet.

Couper le poulet en deux dans le sens de la longueur et ôter un maximum d’abats et de sang à l’aide d’un papier essuie-tout.

Dans une grande casserole, placer les deux demi-poulets, couvrir de 8 L d’eau et amener à ébullition sur feu moyen.

Pendant ce temps, laver les oignons sans les peler. Les couper en deux et les faire cuire dans une poêle couverte de papier aluminium. Poser une assiette dessus, surmonté d’un poids. Lorsque les oignons sont bien colorés, les réserver.

Laver et éplucher les carottes, laver le poireau, laver le céleri. 

Couper les carottes et le céleri en morceaux moyens, couper le poireau en deux dans la longueur, puis en deux dans la largeur.

Préchauffer le four à 90°C chaleur tournante.

Quand l’eau bout, ajouter les légumes, les oignons et le poivre. Placer la casserole dans le four. Cuire ainsi à feu très doux (il faut à peine de l’ébullition) et à découvert pendant environ 8 h afin d’obtenir un bouillon de volaille. Oter la casserole du four, et terminer, toujours à découvert, pendant environ 3-4 heures sur petit feu afin d’obtenir le fond blanc de volaille (ici blanc ne signifie pas qu’il n’est pas coloré, car il le sera avec l’oignon brûlé, mais celà signifie que le départ du fond n’est pas réalisé avec des os préalablement brûlé mais avec un bouillon de volaille en réduction, sans coloration de la viande).

Passer le bouillon à travers un tamis fin et le conserver au frigo après refroidissement. Les légumes et la chair du poulet seront récupérés pour réaliser une bonne soupe maison par exemple.

Saler éventuellement le bouillon ou le fond.

Dégraisser avant utilisation finale.

Bon Appétit!